Alexia, professeure des écoles, témoigne de son engouement après un atelier dans sa classe !

Suite à notre intervention dans sa classe, Alexia, une professeure des écoles engagée a souhaité nous parler de l'impact de notre atelier sur ses élèves.

Pour quel niveau et où enseignez-vous ?


J’enseigne en CE2 à l’école Paul Langevin à Corbeil-Essonnes dans le 91 en réseau d’éducation prioritaire.


Les sujets abordés dans l’atelier sont-ils des sujets présents au programme ?


Le développement durable et l’alimentation sont des éléments centraux du programme de CE2 et ce sont des notions importantes car elles sont référées dans le socle commun de connaissance à acquérir jusqu’au brevet des collèges.


Quels sont les avantages en tant qu’enseignante à proposer un atelier de ce type à vos élèves ?


En tant qu’enseignante, bénéficier d’une intervention sur l’alimentation durable menée par 2 professionnelles me permet de consolider mes compétences sur le sujet.

J’ai pu également voir mes élèves dans un autre cadre d’apprentissage que celui du quotidien. En effet, j’ai pu constater lors des ateliers une grande cohésion de groupe, et une forte participation et implication dans le travail à réaliser.

De plus, le dispositif d’atelier que propose Marine et Justine est une recommandation de l’éducation nationale, en effet cela permet à l’enfant d’acquérir par lui-même les connaissances ciblées par les ateliers : l’enfant devient acteur de son apprentissage et développe son autonomie.


À votre avis, les enfants sont-ils suffisamment sensibilisés sur le développement durable ?


Lors de ma formation pour devenir professeure des écoles j’ai été formée partiellement sur le développement durable. Je suis donc en mesure d’enseigner à mes élèves ce principe.

Mais le développement durable n’est malheureusement pas une matière à part entière.

Cela veut dire qu’il est abordé au travers d’autres disciplines mais ne fait pas partie de l’emploi du temps.

À mon sens, les enfants ont une certaine connaissance du développement durable mais elle reste superficielle. Pour autant, ils font preuve d’une grande curiosité et d’un fort intérêt pour ce sujet. C’est pourquoi il m’a semblé évident de leur proposer une intervention extérieure touchant à ce sujet et ainsi marqué au mieux leurs esprits.


Et sur l’alimentation ?


Dans les programmes, l’alimentation est abordée du point de vue santé et non en rapport avec la planète. Je n’aurais donc certainement pas abordé le sujet de l’alimentation durable en dehors de l’atelier. De plus, l’alimentation fait partie des sujets où l’éducation faite à la maison est primordiale mais elle est parfois trop succincte.



Comment les enfants ont-ils perçu l’atelier ?


Ils étaient très curieux et impatients. Comme expliqué auparavant, ils ont conscience de l’écologie et ce que cela englobe mais ils n’ont pas encore les connaissances suffisantes pour comprendre ce qu’il se passe. L’atelier a pu répondre à leur curiosité et aux nombreuses questions qu’ils se posaient en amont. Tous étaient captivés par le sujet et beaucoup d’entre eux ont prolongé l’idée alimentation durable chez eux en mettant en place un potager. C'est génial car cette intervention a eu un grand impact car elle a touché aussi les parents de mes élèves.


Aimeriez-vous refaire participer vos élèves à ce genre d’atelier ?


C'est prévu ! Je vais même proposer à mes élèves une sortie dans une cueillette située à 10 minutes de l’école. L’idée est de montrer aux élèves que l’atelier alimentation durable est possible et qu’ils peuvent trouver des endroits à proximité de chez eux pour manger mieux et de façon plus responsable.



41 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout